• soulierludivine

Vivre et "trop" ressentir

On parle souvent d'hypersensibilité, là où les scientifiques anglophones utiliseraient plutôt ce que nous pouvons appeler être hautement sensible. Une chose est sûre, il y a entre 20% à 35% de la population qui ressent plus intensément. C'est énorme !! Loin d'un phénomène de mode, c'est une réalité, qui peut engendrer une certaine souffrance dans la vie de tous les jours. Parlons-en !


Qu'est-ce que cela veut dire ?

Être hautement sensible, ou hypersensible, c'est cette particularité non pas de ressentir plus que la moyenne, mais plutôt de ressentir plus intensément. C'est dans l'intensité que la différence se fait. Et comme c'est plus intense, les vagues émotionnelles de haut et de bas, qui nous concernent tous, sont nettement plus violentes et envahissantes chez cette partie de la population.


Lorsqu'une période de haut arrive c'est chouette, car chez un hypersensible, cela sera vécu très intensément. Cette sensation d'excitation forte, ou de bonheur ultra intense est un régal ! Ce qui préoccupe, ce n'est pas quand ça va, mais quand ça ne va pas ! Car dans ces cas-là, la redescente est très, très forte, aussi basse que ne l'était la montée vers le haut ! Dans les émotions il y a toujours un équilibre : on n'ira jamais plus "bas" (en proportion, et dans notre quotidien) que l'on a été "haut" avant. Les périodes de moins bien ou les émotions défavorables sont donc forcément appréhendées : car que ce soit conscient ou non, le corps se souvient de la redescente et de l'état désagréable ou même douloureux dans lequel cela peut mettre la personne. Avant de comprendre comment on fonctionne, on a plus l'impression de subir les choses. Comme si nous ressentions tout trop fort, que cela devenait envahissant constamment. Une fois que l'on se met à comprendre notre fonctionnement, on peut anticiper ces phases de redescente et mieux les accompagner.


Ce n'est pas le cas de tout le monde, mais l’hypersensibilité peut aussi s'accompagner d'une sensibilité dans un ou plusieurs de nos 5 sens ! Voire même dans nos sens subtils ! Ainsi on peut, en plus de vivre nos très intenses vagues émotionnelles, être particulièrement touchés par le bruit, les odeurs, la lumière, etc.


Comment faire au quotidien ?

Au quotidien, c'est réellement handicapant. En tout cas avant d'avoir appris à vivre avec et à apprécier la complexité de ce que nous sommes. Mais il faut dire les choses, avant cette phase d'acceptation et de paix avec soi : il y a un sacré chemin à parcourir. Déjà parce que nous ne comprenons pas nous même qui nous sommes, comment nous fonctionnons. Mais en plus de cela, souvent cela n'a pas été reconnu ni compris non plus par les proches et la famille. D'ailleurs, les hypersensibles sont fréquemment des personnes qui ont vécu des événements difficiles comme du harcèlement, des agressions, des brimades répétées, des relations toxiques ou violentes, etc. On peut mettre ceci en lien avec le fait que ce sont des personnes qui se perdent elles-mêmes dans ce qu'elles sont, et dans la recherche de repères, elles peuvent donc avoir tendance à aller vers des relations ou des situations dans lesquelles ces repères sont encore plus cachés et éloignés du soi.


Concrètement, comment faire au quotidien, il n'y a pas de recette toute prête ! Par contre, il y a des pistes que l'on peut suivre. On peut par exemple s'observer, avec un carnet et son stylo, et noter chaque jour notre état émotionnel ainsi que les événements déclencheurs de cet état. A postériori on peut regarder comment cela évolue, en fonction des évènements liés. Il va surtout falloir aller vers l'acceptation de ce que nous sommes, chose pour laquelle nous n'avons sûrement pas eu beaucoup d'aide dans le passé. Cela peut se faire par l'aide de quelqu'un, un thérapeute de votre choix, qui permettra aussi de faire du lien et d'aider à poser les choses en soi pour que le "soi" devienne notre repère principal.


Il y a un besoin de reconnaissance très fort chez les hypersensibles, parce que la reconnaissance de leur singularité n'a pas eu lieu (ils ont souvent été incompris par leurs fonctionnements différents). Souvent, on remarque que les hypersensibles prennent les choses vraiment à cœur, et peuvent être très rapides pour passer d'une émotion à une autre. Ce sont de véritables "girouettes émotionnelles", un coup vers le nord, un coup vers le sud, ils suivent le sens du vent ! Au quotidien, on fait ce que l'on peut, mais plus on va vers la comprehension de soi et l'acceptation, plus on trouve paix et repos. Je parle là d'une véritable compréhension de soi, en profondeur. Parfois, dans notre vie spirituelle, nous pensons vraiment "avoir pris le recul nécessaire" : rappelons-nous que l'on ne prend jamais assez de recul et qu'on a jamais terminé de se connaître et se comprendre. Mais en entrant sur ce chemin, avec humilité, on se permet de vivre mieux avec soi, que l'on soit hypersensible ou non !


Une difficulté de se faire comprendre

C'est une réalité, qu'un hypersensible peut avoir beaucoup de mal à se faire comprendre et entendre. Certains, pour satisfaire leur besoin de lien, s'entourent malgré tout de personnes qui ne les comprennent pas mais surtout ne les respectent pas pour ce qu'ils sont. D'autres préfèreront être seuls, et d'autres encore auront trouvé le courage en eux de s'affirmer en tant qu'être différent et singulier. Ce qui peut "coûter" en énergie chez les hypersensibles c'est de s'occuper : de un de leur sensibilité très intense qui varie souvent, de deux des personnes qui ne vont pas comprendre ni entendre cette particularité, et même la juger !


Quelque part, nous sommes tous singuliers et différents les uns des autres : nous avons donc TOUS à faire ce travail d'affirmation de soi, évidemment. Là où cela diffère chez les hypersensible, c'est que la carapace peut être plus épaisse encore, et cacher mieux encore l'individu authentique qui se cache en dessous. Quoi qu'il en soi, il va falloir en sortir. Car pour se faire comprendre, entendre, et pour créer du lien authentique, il faut pouvoir "être soi", l'affirmer et le briller sans retenue.


Dans cette non compréhension de l'autre, il y a aussi toutes les souffrances de la personne qui entrent en jeu ! Nous sommes tous des êtres complexes et faits de parcours qui recèlent de nombreuses blessures. L’incompréhension de l'autre ne vient pas du fait d’être malhonnête ou quelqu’un de mauvais, mais plutôt de sa propre non reconnaissance, qui est mise en lumière par cet individu sensible qui essaie de se faire reconnaitre ! Les hypersensibles ont ce "don" naturel, par ce qu'ils sont, de venir titiller la sensibilité de chacun, mais aussi la profondeur de la carapace ! Cela est forcement désagréable, et peut entraîner des réactions plus ou moins agressives, plus ou moins agréables.


Dans les relations aux autres il faudra faire des choix. Lorsqu'on entre sur ce chemin de se connaître, s'affirmer et se comprendre au mieux, cela demande beaucoup d'énergie. Et nous avons totalement le droit de ne pas avoir l'énergie d'expliquer à quelqu'un, qui ne veut pas entendre, que nous ne ressentons pas les choses de la même manière !


Ressentir plus intensément, un cadeau de la vie

L’hypersensibilité est un cadeau qui nous est fait pour nous permettre de sentir et de ressentir le monde bien plus haut et bien plus bas que ce n'est possible pour d'autres. On dit d'ailleurs que si l'art existe, et si la contemplation, la beauté, les sensations, sont valorisés, c'est parce qu'il existe de nombreux hypersensibles sur Terre. Cette sensibilité, peut causer des dommages dans l'aspect relationnel de notre vie, mais bien assumée, et affirmée, elle est un magnifique cadeau de la vie.


Grâce à elle, c'est tout un monde qui s'ouvre à nous, un monde ressenti et vécu d'une manière pus fine, plus subtile. C'est aussi la possibilité de vraiment comprendre l'autre en face, ce qu'il ressente et ce qu'il vit. Le travail ne sera pas de "gérer" nos vagues émotionnelles, mais plutôt de poser ses limites : ces émotions en face ne m'appartiennent pas (lorsqu'il s'agit des émotions des autres). Concernant nos propres émotions il faudrait faire l’effort de renforcer nos limites : en se détachant des événements déclencheurs, en évitant de ruminer mentalement l'émotion et la situation encore et encore, en apprenant à lâcher prise, mais aussi à laisser couler l’émotion en soi.


Je suis trop sensible, ce n'est pas de ma faute !

Finalement, être hypersensible permet de donner un truc en plus, des efforts et une discipline supplémentaire, mais aussi une possibilité de voir le monde avec des sens super-connectés. Mais attention à ne pas utiliser hypersensibilité comme une excuse dans son quotidien ! Car être hypersensible n'empêche et n'excuse rien ! La colère que nous pouvons éprouver, par exemple, aussi forte soit-elle, ne justifiera jamais que l'on insulte quelqu'un, ou qu'on l'humilie ! Je le répète, l'effort à faire chez un hypersensible pourra être plus intense et plus grand, car il faudra parfois remonter loin dans l'enfance pour se comprendre et se sécuriser affectivement. Cependant, ressentir ne devrait pas être subi, que l'on soit hypersensible ou non ! On ne gère pas ses émotions (je n'aime pas ce mot d'ailleurs), par contre on peut apprendre à ne plus subir celles qui nous poussent à des actes défavorables ou négatifs envers les autres et envers soi !


Mon cas personnel

Je fais partie de la team des hypersensibles, et je peux vous dire que cela n'a jamais été facile de vivre avec. Bien que je sois entrée sur le chemin de l'acceptation et de la connaissance de soi depuis des années, cela n'empêche pas que chaque jour peut devenir une nouvelle opportunité pour mieux se comprendre et accepter son fonctionnement ! Ce n'est pas facile, mais par contre, c'est beau. Je suis toujours heureuse de voir à quel point je peux me contenter de la beauté du ciel pendant des heures, du chant des oiseaux ou de l'odeur de l'herbe coupée. C'est incroyable aussi de pouvoir vivre les choses aussi intensément, et avec le temps j'ai appris à me trouver mes outils et mes "petits trucs" pour mieux vivre les redescentes émotionnelles. Finalement, on ne peut pas l'enlever, alors au lieu de le fuir, de le cacher, de le nier, autant en faire quelque chose, autant l'exploiter et puis le chérir. Certes, il y a des domaines où l'on passe pour des fous, au travail, peut-être dans des cercles d'amis : d'ailleurs pour ma part ça a été le cas dans tous les domaines de ma vie ! Mais une fois que l'on trouve ces endroits, ces cercles sociaux, sa place je dirais, au fond qu'importe ce qui a pu se passer avant ! Au moins cela nous aura fait voir à quel point on a des marges de manœuvres pour aider l'ouverture des consciences dans ce monde :)


Le mot d'amour de la fin

Finalement j'ai envie de conclure cet article en vous disant "aimez-vous". C'est ça qui sera le plus important, qui que vous soyez, quelle que soit votre sensibilité ! Aimez-vous parce que ce que vous êtes est beau, chouette, brillant, et que vous possédez tellement de capacités et de potentiels incroyables ! Aimez-vous aussi parce que quoi que vous ayez traversé, cela vous a permis de grandir et de vous renforcer. Ne fermez pas plus la carapace lorsque vous souffrez, n'en ayez pas honte non plus. Vous n'êtes pas seul à vivre ce que vous vivez, et vous le ne serez jamais :)


Avec le cœur,

Ludivine