• soulierludivine

Un peu, beaucoup, à la folie : amour toujours !

Je vous ai demandé sur les réseaux si le sujet de l'amour et du couple vous parlait, cela a été un grand oui ! Chouette, car cela fait quelque temps que j'ai autour de moi des signes qu'il va falloir que je commence à parler de ce sujet. Il faut dire que cela fait des années que le sujet me passionne, que j'ai accumulé des connaissances et fait de nombreuses recherches. Je suis ravie de commencer à poser certains aspects de ce sujet par écrit, belle lecture :)


Avant toute chose, prenons-le pour dit : l'amour est une construction. C'est un concept créé par l'homme, une construction pure, et même marketing de ce que devrait être le lien. Nous avons tous eu à un moment de notre vie une vision romancée de l'amour, chevaleresque même ! Cette vision, née dans l'enfance, est entretenue de manière irréaliste à l'adolescence et puis continue à l'âge adulte. Nous avons tendance à vivre l'amour plutôt comme une projection, de ce que devrait être l'autre, la relation, de qui devrait être mon ou ma partenaire de vie ! Le lien, le besoin de lien de l'être humain est une nécessité. Au même titre que tous les besoins primaires, si le lien n'est pas satisfait, c'est l'instinct de survie qui prend le relais. Sans lien, pas d'existence, au sens propre, l'être est privé de l'autre, il ne peut se confronter à lui, et se réconforter, n'est pas reconnu, il n'existe pas.


Si l'amour tel que nous le vivons est une construction pure, mais que ce serait cet amour véritable que l'on cherche, que l'on aimerait atteindre ? Que veut dire aimer ? Et qui sont ces couples qui fonctionnent et dans lesquelles les choses paraissent fluides ? Avant toute chose, mes réflexions et expériences personnelles m'ont fait comprendre que l’amour véritable est celui de soi à soi. Il est notre premier et notre seul vrai amour. Parce que cet amour, inconditionnel envers soi est en fait universel, et quand on s'aime, on aime l'autre de manière (forcément), on aime la vie : "je ne suis qu'amour". L'amour inconditionnel est l'acceptation de soi, et donc de l'autre, totalement ! L'acceptation n'est pas une manière de se faire marcher sur les pieds ou de fermer les yeux sur certains côtés, c'est au contraire une affirmation de l'être et une vision réaliste : je vois que tout a toujours plusieurs aspects. J'accepte donc toutes les facettes du soi, de son histoire, que ce soit teinté de négatif, de positif, d’ombre ou de lumière. J'accorde du crédit, je redonne à chaque facette du soi leur existence, je les mets en lumière, toutes, je les considère. Quand je m'accepte tel que je suis, j'entre dans un processus de conscience de soi, de guérison, et donc d'ouverture et de souplesse, de remise en question et d'élévation personnelle. Nous sommes tous interconnectés les uns aux autres, notamment par le fait que cet autre, quel qu'il soit est un miroir de mon "je" conscient et inconscient. Alors si j'entre dans ce processus de l'amour inconditionnel envers moi, c'est dans l'amour inconditionnel envers l’autre que j'entre aussi.


Le couple est aussi une construction mentale si l'amour est vécue comme une projection de ce qui devrait être, de comment les choses devraient fonctionner, dans le quotidien comme dans la relation. J'ai connu de nombreuses déconvenues à ce sujet ! Je peux dire que j'ai largement pu tester les relations amoureuses et les projections que j'avais faites à ce sujet. J'ai ainsi pu voir que toutes mes relations étaient en réalité des projections de ce que je voulais mentalement : des construction de l'égo (l'ego = la construction identitaire du "je"), modelées par les conditionnements parentaux, sociétaux, par mes blessures et mes traumas, entre autres choses ! Ainsi, je répétais des schémas affectifs de dépendance, mais aussi liés à la peur de l'abandon et du rejet. Je pensais sincèrement aimer la personne, à chaque fois, alors que ce que j'aimais, c'était l'amour. J'étais amoureuse de l'amour, et j'espérais trouver quelqu'un qui puisse, toute blessée que j'étais, partager cela avec moi. Cela n'a jamais fonctionné, tant que je n'avais pas ouvert les yeux sur ce qui me poussait à aimer. Et surtout tant que je n'avais pas ouvert les yeux que je me servais de l'autre comme d'un support à ma projection, alors que ce n'était pas vraiment lui que je regardais ! Cela m'a donc fait aller dans des directions complètement opposées à ce qui était bon pour moi véritablement, à ce qui me faisait avancer ! Certes les personnes étaient belles, et avaient de nombreux bons côtés, mes à chaque fois les blessures étant encore plus enfoncées, le rejet encore plus nourrit, l'abandon également. A chaque fois j'allais vers des personnes qui me faisaient entretenir la non élévation de mon âme, la non guérison de mes plaies ouvertes du passé.


Je me suis rendue compte, lors de mes expériences personnelles mais aussi dans mes consultations en tant que thérapeute, que de très nombreuses personnes procèdent de la même façon ! Avant d'avoir accès à la conscience de soi, à la comprehension de nos mécanismes dans nos relations aux autres, nous projetons sur un autre, qui est là un peu au bon moment au bon endroit, et qui viendra réveiller nos blessures, entretenir nos schémas et ne pas nous aider à les dépasser (bien malgré lui). Pourquoi ? Parce que l'inconscience. Tant que nous ne prenons pas conscience, tant que nous n'ouvrons pas les yeux, impossible de concevoir, de voir, que quelque chose se trame ! Impossible aussi d'être ouvert à l'amour inconditionnel, et donc à des relations saines de partage et d'ouvertures.


L'amour romantique est une construction, mais l'amour inconditionnel est une réalité. Aimer l'autre pour ce qu'il est passera par l'acceptation de qui je suis, avant toute chose. Cela fonctionne dans cet ordre, n'en déplaisent à tous ceux qui souhaitent trouver quelqu'un pour les guérir... En réalité on rencontre des personnes qui vont nous aider à ouvrir les yeux, ce ne sont pas elles qui nous guérissent. La guérison est intérieure à soi et résulte d'une décision (inconsciente puis consciente lorsqu'il y a une montée en conscience). J'ai vu des relations se déchirer parce que l'un ou l'autre n'avait pas ce qu'il souhait dans la relation, des amours voler en éclat par des désillusion et déceptions. J'ai vu de nombreux couples partir loin l'un de l'autre, en prétextant devoir changer d'air. A chaque fois, l'un et l'autre projettent sur l'autre, sur la relation. Et comme les attentes sont nombreuses, comme on attend de l'autre tout ce que l'on arrive pas à se donner à soi, alors les déceptions sont nombreuses elles aussi. On entretient la relation dans les attentes mais on la débute aussi comme cela ! Alors, la relation est basée sur une construction non réaliste, où chacun est posé à côté de l'autre sans avoir véritablement de lien, car rien ne les tient ensembles.


Il n'y a pas de recettes miracles, et entretenir une relation avec quelqu'un n'a rien de facile et de fluide d'un premier abord. Car le réel travail sera de nettoyer tout ce qui pollue notre façon de vivre la relation et de voir l'autre tel qu'il est. Un travail que nous faisons sur nous en parallèle aussi. Parce que oui, nous avons tous du nettoyage à faire, un bon coup de balaie à passer ! Que ce soit au début d'une relation, comme tout au long de cette relation. Avant de pouvoir être serein l'un avec l'autre, de ne plus attendre l'un de l'autre et de vivre côte à côte comme une équipe, il va falloir passer par la conscience. Ce n'est pas non plus une conscience de "qu'est-ce qui est bon pour moi, quelle relation sera bonne pour moi". Car finalement, on ne le décide pas avec la tête mais avec le cœur. J'ai été surprise de voir à quel point il m'a fallu rencontrer quelqu'un qui était à l'opposé de tout ce que je croyais bon pour moi, pour me rendre compte de ce qui était véritablement bon pour moi. La tête nous joue des tours, de nombreux tours ! Parce que n'oublions pas que l'instinct de survie règne et que nous ne cherchons qu'à nous faire aimer. La question à se poser est : à quel prix je souhaite me faire aimer ? On ne mérite pas l'amour, on ne doit rien à personne. L'amour, entendez "le lien", est un besoin que nous avons et que nous pouvons tous satisfaire, nous en avons le droit et les opportunités. Si quelque chose coince, lorsque vous lisez ces lignes, c'est qu'il y a du ménage à faire, et peut être un bon ravalement de la façade interne de votre "je" qui pense tout savoir et tout connaître.


Se confronter à l'amour, c'est se confronter à soi. Et c'est lorsque j'ai compris cela, que ma vision romantique construite de l'amour s'est effondrée. Aujourd'hui je vois l'amour comme un partage, un travail d'équipe, une aventure dans laquelle on se soutient mutuellement. On ne sait pas de quoi demain sera fait, ni si l'équipe pourra tenir sur du long terme. C'est comme ça. Et c'est en acceptant notre impuissance, notre non connaissance de tout, notre non connaissance du futur, que nous pouvons avancer, pas à pas, dans l'amour inconditionnel et dans la relation à l'autre.


Cela n’empêche pas d'avoir une vision de l’amour mystique, voire même spirituelle. Et peut être que vous appellerez cet amour "romantique". L'important n'est pas la façon dont vous l'appelez, mais plutôt la façon dont vous le vivez en vous. Tant que les mots ne servent pas à se cacher derrière, tant qu'on est clair avec soi. L'important est de ne pas s'enfermer dans une vision de l'amour, ou du couple. Il faudra plutôt ouvrir, ouvrir le champ des possibles et la conscience de chaque instant. C'est l'instant présent qui compte, à chaque fois ! Et si vous cherchez, vous creusez le pourquoi du comment cette personne vous apporte bien quelque chose, alors qu'à l'instant vous souffrez par sa faute, alors demandez-vous vraiment à quel prix vous souhaitez vivre l'amour.


Je m'arrête là pour aujourd’hui, je vais garder mon énergie créatrice pour d'autres écrits ! J'espère que vous aurez pu suivre ma pensée et que cela vous aura fait avancer ! En attendant de vous retrouver, je vous souhaite de vous aimer :)


Avec le cœur,

Ludivine

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout