• soulierludivine

Les outils que j'utilise dans ma pratique


J'utilise différents outils dans ma pratique, et je varie leur utilisation, selon le moment, selon la personne face à moi, selon les besoins. L'explication que je vous donne me concerne et concerne ma pratique personnelle. Un outil n'est qu'un outil, et il peut avoir mille formes, selon qui l'utilise ! Je vous laisse donc faire votre propre idée de tous ces outils, dans une pratique régulière de ceux-ci !


🌿La libération énergétique

J'ai découvert la libération énergétique en m'initiant à l'énergétique au sens large (reiki, magnétisme intuitif, magnétisme, soins par la canalisation). Le principe est celui-ci : utiliser le « pouvoir du verbe créateur » pour provoquer des mouvements intérieurs, et ainsi aider à libérer puis à faire de la place pour une nouvelle construction mentale. Qui aura des conséquences sur l'émotionnel, l'affectif, le physique, les mémoires corporelles et intellectuelles. On vient faire bouger en soi, en engageant l’inconscient et le corps (par la voix). 🎵


Concrètement, ce sont des textes que l'on récite à voix haute. Soit on récite chaque phrase après la personne qui nous accompagne, soit on reçoit le texte par écrit. Ces textes sont construits d'une manière spécifique : un début pour ancrer et poser le corps et l’esprit, un milieu qui est le contenu même du thème de la libération et une fin qui vient clôturer l’espace et l’instant afin de ressortir de la libération dans une sensation d’être pleinement revenu en soi.


Ces textes sont « chargés », car les mots utilisés sont précis. Une libération énergétique travaille sur un thème donné, ou un ensemble de thèmes, pour qu'elle soit la plus fine et efficace possible (ex. de thèmes : la confiance en soi ou la peur de l’insécurité).


Le « pouvoir du verbe créateur » est aussi utilisé par les mantras et les prières. C’est en fait le pouvoir de la voix et de sa résonance multiple à travers le corps comme l’esprit ! En effet, le mot, lorsqu’il est dit à voix haute, résonne dans notre cerveau, notre inconscient et notre corps.


La libération énergétique est un outil puissant, qui déconnecte et qui reconnecte à la fois. Une même libération doit se répéter plusieurs fois dans le temps, en laissant au moins 3 jours entre chaque utilisation. Il faut laisser le temps aux mouvements internes de se restabiliser, avant de les remuer une fois de plus !


Les effets de la libération

Au niveau neuronal, nos « autoroutes » habituelles ne sont pas sollicitées, et cela apporte une nouveauté, une interrogation. Nous sollicitons de nouveaux chemins, qui certes questionnent, mais qui permettent d'initier une nouvelle habitude intérieure.


Au niveau de l’inconscient le mot provoque des mouvements forts, des remises en question : il montre qu'autre chose existe (que ce que l’on est et l’on fait habitude). Il y a toute une reconstruction qui s'opère alors peu à peu en soi, en faisant avec ces nouveaux éléments apportés par la libération.


Au niveau du corps, la résonance se fait autant d’un point de vue de la physique (résonance du son dans des corps) qu’au niveau des mémoires corporelles (les mots sont déjà chargés en nous par notre histoire ou celle de notre lignée). En bref, en prononçant ces mots, c’est tout en nous qui bouge, qui est remis en question et qui sort de la zone habituelle de « confort ».


Pourquoi j’utilise les libérations énergétiques ?

Parce qu’elles permettent de s’engager vraiment dans l’action.

Dans un accompagnement, il faut veiller à ne pas trop entretenir ni trop encourager les mécanismes de défense : l’intellect dominant peut en être un ! Alors pour les déjouer, tout en sécurisant la personne, j’aime utiliser la libération énergétique ! Elle permet de travailler directement avec l’inconscient, de se laisser mieux porter, et puis d’engager le corps (la voix en l’occurrence). En plus, elle apaise, et amène à un état introspectif intéressant.


Il n’y a pas à croire ou non dans cet outil. Les mouvements que les mots provoquent sont réels et permettent d’enclencher de puissants changements. N’oubliez pas que les outils ne sont que des outils et que ce qui fait vos avancées et prises de conscience, ce sera avant tout votre volonté daller plus loin, de prendre soin de vous et de vous aimer ! Il n’y a aucun outil meilleur qu’un autre, et l’essentiel est toujours de trouver ceux qui vous parlent à vous.



🌿La pleine conscience

La pleine conscience est un processus visant à, non pas faire le vide dans ses pensées, mais apprendre à les laisser passer, couler, glisser.


C'est une erreur de croire que l'on peut ne "plus avoir de pensées". En méditation de pleine conscience, on essaie d'observer les pensées qui se présentent, de les laisser exister, sans les retenir, sans s'y accrocher.


La pleine conscience dans le quotidien, c'est aussi apprendre à vivre l'instant, en conscience. Cela veut dire être là, ici et maintenant, sans se laisser happer par le passé, ni le futur ! C'est manger en ressentant et sentant chaque sensation, discuter en étant pleinement là, et pas ailleurs (dans sa tête), etc.


C'est un exercice difficile à réaliser tant nous avons l'habitude de nous laisser porter par notre agitation mentale. J'aime utiliser cet outil, qui devient en réalité plutôt une pratique nécessaire et quotidienne. Prendre le temps de ressentir ce qu'il se passe en soi, les mouvements, les émotions, c'est accorder sa valeur précieuse à notre monde intérieur.


La pleine conscience se fait dans l'instant et dans l'observation. On peut pratiquer la pleine conscience sans être dans un état ni calme ni apaisé ! Au contraire même, observer ce que je suis, ce qu'il se passe en moi à tout moment est riche d'enseignements et d'évolution !


C'est un apprentissage qu'il faut pratiquer et pratiquer encore pour pouvoir prendre du recul et mieux se détacher de nos mécanismes automatiques, mais une fois qu'on comprend le truc, c'est un bel allègement, un poids en moins qui s'évapore. Les pensées sont toujours là, mais en fond, ça mouline pendant que nous pouvons dire "je vous vois, merci, gratitude, je choisis simplement de ne pas me laisser noyer, mais je vous vois"


Un exercice tout simple est celui de manger en conscience. Je vous propose d'essayer à la maison. Prenez un carré de chocolat noir (pour le goût plus prononcé) et laissez-le fondre dans la bouche, pendant 2 minutes montre en main. Prenez le temps de ressentir toutes les sensations dans votre bouche, dans votre corps, et les pensées qui vous traversent. Juste, prenez le temps, et partagez vos ressentis si vous le souhaitez !



🌿La visualisation et la méditation guidée

La méditation guidée est une forme de méditation dans laquelle on se laisse porter dans un scénario, la voix de quelqu'un, un enregistrement, une musique. On va déconnecter la pensée, et se laisser complètement aller. Alors que la méditation en tant que telle est plus approchante du mécanisme de pleine conscience.


Pas facile pour certains de se laisser porter

Car cela peut renvoyer fortement à des sentiments de non contrôle de l'instant, à une perte de sens, de compréhension, à une sensation d'être pris au dépourvu. Mais aussi à une forme d'incapacité (temporaire) à se laisser aller, à se détendre, ou à ressentir avec son corps. Libérer la pression quotidienne peut être un véritable parcours du combattant pour certains ! Et c'est ok, c'est juste ! Il faut simplement garder en tête que ce n'est pas une fatalité, et que les difficultés d'aujourd'hui ne seront pas celles de demain.


La visualisation amène aussi dans un scénario. J'aime l'utiliser pour créer des images, des métaphores, des voyages imaginaires, dans lesquels, yeux fermés, vous vous laissez porter à travers vos 5 sens et plus encore. Vous êtes le personnage principal de l'histoire, celui qui fait, qui agit : vous allez construire ce monde par vos images mentales.


A quoi ça sert ?

A apprendre à se laisser porter, et si cela bloque, aller comprendre ce qui bloque, aller libérer et apaiser. Pour favoriser la montée en conscience, en travaillant avec les images de l'inconscient. On peut aussi, construire des repères importants, des formes de tuteurs affectifs/émotifs, pour construire notre nouvelle réalité pas à pas !


Évidement, comme chaque outil, ce ne sont que des outils. Ils demandent donc un apprentissage très régulier pour se sentir plus en paix avec eux. Mais il faut aussi se rappeler qu'en tant qu'outils ils ne font pas tout, tout seuls ! Attention donc à ne pas trop en attendre d'eux ! Surtout dans ceux-ci : les attentes crispent et n'aident pas à l'apaisement et à l’ouverture 🙂



🌿Le journal d'expression

Le journal d'expression est un outil que j'ai inventé. Il ne part pas de rien, mais les nombreuses utilisations déjà existantes ne me satisfaisaient pas, d'où la création de ce terme et de ce mode d'utilisation ! Tel que je le conçois, c'est un mélange entre un journal créatif, un journal intime, un carnet de dessins/peintures/collages, un recueil de lettres, un bullet journal et j'en passe !


Le journal d'expression permet avant toute chose de : S'EXPRIMER ! C'est d'ailleurs sa mission première. Même si cela n'empêche pas d'éprouver du plaisir à venir y déposer quelque chose de soi 😉


A l'intérieur, on y utilise des techniques et des outils variés, selon ce qui vous va sur le moment : peinture, pastels sèches ou à l'huile, stylos, crayons, feutres, écriture, collages d'image, de photos, de cartes postales, de feuilles ou de fleurs trouvées en nature,...


On peut y mettre les mains, ou plutôt utiliser un pinceau ou un crayon. On peut se mettre au sol pour le remplir (c'est même plus sympa), ou être sur une table. On peut l'utiliser à la maison ou ailleurs, et il peut avoir toutes les tailles. Même si les formats A4 ou A5 sont plus pratiques à transporter. Pour le côté pratique il vaut mieux le choisir avec des feuilles épaisses (pour les collages, peinture, tout ce qui est humide).


Le journal d'expression c'est votre carnet, votre cahier, votre lieux d'expression et d'évasion. C'est un endroit intime, sécure, bienveillant, d'écoute et de partage, qui vous appartient, à VOUS. Vous n'avez aucune obligation de le montrer, ni de le partager. Il vous appartient, et vous pouvez vous sentir libre d'exprimer TOUT ce qui a besoin d'être exprimé ! Et ça c'est quand même précieux...


Le journal d'expression a pour but d'aider à s'exprimer. Quand vous y déposez quelque chose ce peut être parce que vous ressentez un trop plein émotionnel, un besoin de comprendre, une volonté d'analyser une partie de votre histoire, de vos fonctionnements. Aucune contrainte ni objectif, l'essentiel est de vous écouter et d'y aller lorsque cela est nécessaire.


Je l'utilise pendant les accompagnements comme support de l'expression. Nous passons par la parole, mais pas que. Je vous laisse d'ailleurs d'abord exprimer en couleurs, en mots, en textures, dans votre journal, avant de vous demander "est-ce que tu souhaites me partager quelque chose?". Rien d'obligatoire dans le partage, je suis une guide dans le voyage, mais c'est vous qui voyagez 🙂


Pourquoi j’utilise le journal d’expression dans mes accompagnements ?

Parce qu’il vous aide à (re)développer votre créativité, mais sans les contraintes artistiques, il utilise les bénéfices de l’art-thérapie, permet de créer un lieu d’accueil et d’expression que vous vous autorisez (enfin) à avoir, aide la remise en mouvement des énergies en soi. Lorsque je vous accompagne, il devient aussi une manière pour moi de voir où sont vos points bloquants (notamment lorsqu’un exercice devient un obstacle pour vous).


Son pouvoir réside surtout dans le fait qu’il travaille à partir de votre inconscient. Il permet une forme douce d’évasion en se laissant porter par les couleurs, formes et textures. Ainsi, vos profondeurs prennent forme, sans que vous vous en rendiez compte !


Aucune compétence artistique à avoir !!

Il n'y a pas besoin d’avoir des talents particuliers, ni une créativité réveillée et débordante (on prendra le temps de la réveiller ensemble). Justement même, si vous sentez mal à l'aise avec cet outil, ce sera intéressant d'aller comprendre ce qui vous met mal à l'aise, pour pouvoir le dépasser ! Apprendre à utiliser cet outil, le temps d’un accompagnement (car peut-être qu’après vous arrêterez de l’utiliser), c’est l’occasion d'aller réveiller des parts de soi qu'on a laissé dormir depuis trop longtemps. Réveiller aussi son âme d'enfant qui aime la simplicité, le ludique et les couleurs.


Pas besoins de compétences en dessin, peinture ou autre, pas besoin d'avoir des milliers de feutres différents, du matériel de luxe. Il suffit parfois d'un stylo et de 4 feutres. D’une palette de peinture à l’eau basique. D'un magasine qu'on va découper et de quelques cartes postales ou photos de nos proches. Il suffit aussi parfois simplement d'une page blanche, sur laquelle on ne veut rien mettre mais qui symbolisera beaucoup.


C'est en ma compagnie que vous irez explorer le journal et apprendre à vous exprimer librement à travers lui, et ça se passe toujours bien. J'ai suivi des personnes qui avaient peur de poser des choses par écrit, d'autres qui se trouvaient nulles en tout. A chaque fois elles ont trouvé du plaisir et le gout d'utiliser cet outil : parce que j’insiste toujours sur le fait que le but n'est pas le rendu. Il n'y a pas de résultats à fournir, il y a juste l'instant, et ce que vous donnez de vous ici et maintenant.



🌿Le son, le bruit, la musique

Artiste depuis toujours, musicienne, entre autres choses, je ne pouvais pas passer à côté du son, du bruit et de la musique dans mes accompagnements. Les bénéfices de la musicothérapie ne sont plus à prouver, ainsi que de l'art-thérapie de manière générale.


Le son, le bruit, la musique, viennent réveiller l'ouïe, mais pas seulement. C'est tout le corps qui vibre, et entre en résonance avec ce qu'il entend. Le son, de manière générale, nous fait plonger dans nos mémoires corporelles comme intellectuelles. Un son très simple peut nous faire aller très loin en nous, nous apaiser, ou au contraire nous crisper. Le pouvoir du son est incroyable, il touche directement des aspects inconscients et enfouis.


On peut rappeler de vieux souvenirs par le son à quelqu'un qui ne se souvient pas avec la tête, car le corps possède ses mystères, ses mémoires propres, cachées et discrètes. Le son permet aussi de comprendre, de voir ce qui résonne, ou non, faire le tri en quelque sorte.


Le son permet aussi de distraire le mental, l'ego, la tête. Ainsi on se laisse aller, les sens sont occupés et sont "traités" via le cerveau, pendant que le corps continue doucement son chemin de commémoration.


Dans mes accompagnements et programmes, j'utilise un Tongue Drum, des Carillons, une Maracas, un Tambour en peau de taureau, ainsi que le Chant. Et puis de manière personnelle j'y ajoute le Piano, qui m'accompagne depuis mes 7 ans.


J'ai une affinité pour le rythme et les percussions. Elles font gonfler la cage thoracique et mettent mon esprit dans un état quasi transcendantal. J'aime sentir ces rythmes puissants, qui me ramènent à des scènes de danse autour du feu, de rires et de chants.


Et si, de temps en temps, vous preniez le temps d'écouter. Une musique, les bruits de la forêt, un son précis et particulier... Juste, prendre le temps, et noter sans juger, comment vous vous sentez et les mouvements en vous. Alors, ça donne quoi ? 🙂



🌿La parole et l'oralité

C'est quand même par la parole que bien des accompagnements se passent. Pour raconter notre histoire, le pourquoi de notre besoin d'être accompagné. La parole est aussi un outil. Notamment pour aider à exprimer, à faire sortir de soi ce qu'il se passe dans son monde intérieur "et là, vous vous sentez comment ?", "cela vous fait quoi ?"


En verbalisant, le but n'est pas vraiment de fournir au thérapeute des informations cruciales (beaucoup de choses se voient sans que vous ayez besoin de parler), mais de vous faire parler vous, pour aider à exprimer, à prendre conscience, à faire du lien, grâce à de petites questions anodines qui soulèvent beaucoup de réponses.


La parole par l'oralité, mais aussi la parole du corps. Car le corps parle et le langage non verbal est même majoritaire. Mais j'irais plus loin, il y a aussi le langage "sensible". Ce sur quoi nos sciences sont encore en retard. Il a cette sensibilité plus fine encore que nos 5 sens qui nous permet de capter l'émotion de l'autre en face, ses propres mouvements intérieurs, ses questionnements, ses doutes.


Grâce à ces multiples "paroles", verbales ou non, c'est tout l'être qui s'exprime. En verbalisant on aide simplement la personne à prendre conscience que "ah oui, tiens, je n'avais pas fait attention mais je ressens bien cette émotion" ou au contraire "ah non je ne la ressens pas, c'est plus ceci ou cela". A chaque fois, la personne s'affirme, exprime, et fait seule le travail de compréhension et de connaissance de soi.


En tant que thérapeute je suis donc miroir de tout ce que vous exprimez, avec vos mots, avec votre corps, avec votre monde intérieur. Je viens simplement pointer du doigt à un endroit ou un autre, pour aider l'esprit à connecter, et faire du sens. Pour ma part il suffit de voir, de ressentir, cela vient assez naturellement. Le tout est de ne pas se laisser porter par les projections et l’ego et d’être vraiment connecté à la personne ici et maintenant.


Cela vous parle ? 🙂



🌿Le corps : respiration, sens et mouvements

Le corps... Cet outil, ce vaisseau, ce foyer, ce confident, cet équipier, chargé de toute notre histoire. Le corps qui ressent, qui perçoit, avant toute chose par les 5 sens.


En reconnectant avec le corps, c'est l'équilibre que nous cherchons : donner moins d'importance à la tête, au monde des idées et de l'abstrait, et plus au monde de la matière et du concret. Le corps est notre rapport à ce qui est ici et maintenant : nos forces mais aussi nos limites.


Quand le corps dit stop, on l'écoute toujours. Quand la tête dit stop, on a toujours plus de mal ! Le corps est la dernière alerte, qui vient nous dire que nous avons été trop loin, il arrête, il décide, lorsque nous faisons des caprices avec notre esprit.


La respiration permet de se reconnecter au corps. Mécanisme archaïque et primaire la respiration nous permet de vivre, sans avoir à la contrôler mentalement. Tout se fait tout seul. n revenant à elle, via des exercices de respiration spécifiques, on se connecte à ce qu'il y a de plus essentiel en nous : la vie.


Les mouvements, les postures, les étirements du corps, permettent aussi de se reconnecter à lui. On va préférer les faire en pleine conscience de l'instant, pour vraiment ressentir ce bras qui se lève, cette tête qui tourne.

-

En mettant notre conscience dans notre corps, nous abandonnons tout le reste, les tracas, les questions, les préoccupations, mais aussi les schémas dysfonctionnant, les souffrances, les peurs.


Nous avons tendance à nous perdre dans notre passé et nos projections sur le futur. Ce que nous sommes c'est : CET ÊTRE ICI ET MAINTENANT, ce ne sont pas ces souffrances, ces mécanismes, ces fonctionnements, ces émotions. En se reconnectant à ce corps qui vit, qui respire, on se reconnecte vraiment à soi, au plus profond de soi, et à la vie.