• soulierludivine

Épuisée, mais ravie !

Un titre évocateur, pour vous parler de ma fatigue du soir, et de la signification que j'en ai tiré. Une possible piste pour votre propre fatigue personnelle ? :)


Comme un flou dans la tête

Je suis arrivée, toute contente devant mon ordinateur, en me disant que j'allais écrire. J'avais vraiment envie de poser cette fatigue, là. Mais voilà qu'elle me joue des tours ! Elle floute un peu mon esprit, ferme mes paupières légèrement, comme pour me dire "oh, vas te coucher !". Oui, oui fatigue, je termine, je mange et j'y vais de ce pas :)


Flou-flou, ou déconstruction ?

Ce flou dans la tête, c'est aussi un flou dû à une mort que j'ai la sensation de vivre en ce moment. Une mort d'une partie de moi, de plusieurs, je ne sais pas, et au fond là n'est pas l'important. En tout cas quelque chose tombe, part, glisse. Il y a un quelque chose qui brûle, et qui laisse de la place pour autre chose. Une forme de destruction, une réduction en cendres de l'ancien, qui avait besoin d'être laissé là.

L'élément feu me parle dans ce cas. Mais ces "petites morts" que l'on vit peuvent être vécues autrement : une couche de soi que l'on dépose délicatement quelque part (terre), une partie que l'on laisse couler dans une rivière (eau). Aujourd'hui ce sont des cendres, un nettoyage purificateur par le feu qui a lieu.


Mourir pour mieux renaître

Tout au long de la vie, nous passons notre temps à vivre des morts multiples, suivies de deuils de nous-même, plus ou moins longs (et qui peuvent ne jamais prendre fin d'ailleurs). C'est quelque chose de normal ! Mourir à soi, pour mieux renaître. Laisser de côté des parties de soi, pour mieux prendre conscience, s'ouvrir, et s'alléger.

Comme si nous marchions sur le chemin de la vie, en nous dépouillant peu à peu de divers vêtements que nous aurions mis, et qui alourdissent notre marche. J'aime cette métaphore des couches de vêtements qui tombent, peu à peu, pour finir par marcher nu, "la vérité toute crue", vulnérable en fait, face aux expériences de la vie présentent sur le chemin. J'imagine une femme qui marche, je la vois de dos, avec un soleil couchant au bout d'une longue route dont on ne voit pas la fin. Une route qui symboliserait la vie !


Et la fatigue dans tout ça ?

A force de nombreuses morts et renaissances, à force de prises de conscience, et bien on fatigue. On fatigue de l'intensité, mais aussi du nombre parfois (surtout quand on a une tendance à l'auto-victimisation "c'est trop injuste tout ce qui m'arrive"). Et pour ma part, là, j'ai accumulé une bonne fatigue à cause de l'intensité ! J'ai visionné quasi toutes les conférences du Sommet de la Conscience, cela fait un bon paquet. Je m'étais promis de faire ça pour moi, pour œuvrer dans le sens de cette renaissance dont je sentais le besoin. Peut être à cause du printemps, des planètes, mais beaucoup à cause de mon chemin de vie personnel. Je voulais prendre une semaine pour méditer, réfléchir, et mettre en mouvement grâce aux propos de nombreux intervenants sur le sujet..de la renaissance ! Et je l'ai fait ! Alors forcément, la bonne dose de voyages dans mes profondeurs, aura eu raison de moi.


Un superbe rappel du corps

Il m'est arrivé de nombreuses fois d'être fatiguée parce que l'intégration de nouvelles réalités peut être éprouvante. Cependant, ce n'est pas toujours les mêmes sentiments qui se trouvent en fond de cette fatigue. Et là, j'en suis heureuse, je l'accueille, j'en suis ravie. Cela n'a pas toujours été le cas. Et il m'arrive aussi que la fatigue vienne compromettre mes "plans". Sauf que là, la fatigue ne compromet rien, elle est là et puis c'est tout. Elle fait comme partie de la danse de la vie en moi, autour de moi. Elle était attendue !


Fatigue, mon amie

Je voulais vous écrire aussi pour vous rappeler que cette fatigue est essentielle. Car elle vous force à vous poser, et vous reposer. Le corps qui parle.... Comme pour vous rappeler, que vous n'avez pas la main sur tout, et qu'il est tant de lâcher.

Moralité, vivons-là cette fatigue. Quel qu'en soit la cause ! Elle est là, pour une raison, elle aussi est invitée à la table du moment présent. Elle a sa place, son siège. Alors accueillons-là comme il faut, mettons lui le couvert, pour mieux discuter avec elle. Pour la sentir, la comprendre, ou juste passer un moment avec elle, avant qu'elle s'en aille.


Une fatigue, et puis peut être même des douleurs, des tensions ? Qu'importe le langage du corps, il parle, et il est précieux de l'écouter. Comme un être cher qui nous donnerait les clés essentielles pour vivre l'instant.


Prenez soin de vous :)

Ludivine

26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2020 Ludivine Soulier

Saint Antoine L'Abbaye, Isère (38)

Cliquez ici pour télécharger mon e-book gratuit

"Développement Personnel et Spirituel d'aujourd'hui, Introduction et premières clés"